• Pourquoi faire traduire mon texte?

Votre texte est destiné à un ou des lecteurs; qu’il s’agisse d’une opération commerciale, d’un manuel technique, d’un texte littéraire ou d’un acte juridique, ce texte a un but, une fonction. Et, bien sûr, il s’agit de faire en sorte que le lecteur puisse lire aisément le texte. Or, s’il est vrai que de nombreuses personnes parlent aujourd’hui anglais, il est également vrai que beaucoup d’entre elles ne sont pas suffisamment à l’aise pour comprendre toutes les nuances que l’on peut mettre dans une phrase. Et il est difficile de nier que la lecture dans sa propre langue maternelle est plus « confortable » que toute autre. C’est pourquoi traduire votre texte améliorera tant sa diffusion que le confort du ou des lecteurs, ce qui est indispensable pour l’image de votre entreprise ou de votre organisation.
De manière plus prosaïque, la traduction d’un texte technique est également souvent une nécessité. En effet, il est dangereux de travailler sur une machine ou un produit sans comprendre parfaitement tous les éléments qui en font partie, ainsi que leur fonctionnement général.

 

  • Pourquoi embaucher quelqu’un, si je parle anglais?

On l’a dit plus haut, aujourd’hui la plupart des gens parlent anglais. Certains francophones parlent particulièrement bien anglais, même s’il est vrai qu’une grande majorité des locuteurs peuvent s’exprimer et avoir une conversation simple en anglais sans forcément maîtriser toutes les subtilités de la langue. Cependant, il est nécessaire, pour effectuer une traduction, de passer par un traducteur professionnel, bénéficiant tant d’une certaine expérience que d’une formation spécifique.
Pourquoi? La réponse est longue et complexe. Comme expliqué dans l’article « Qu’est-ce que la traduction? », la traduction est une opération qui porte majoritairement sur la langue dans laquelle on traduit. Il est donc nécessaire de maîtriser cette langue parfaitement, tout en comprenant parfaitement la langue de départ, ainsi que les procédés de traduction. Pour cela, la formation du traducteur doit insister sur la linguistique, les essais de traductions et les théories de la traduction. Cela permet au traducteur d’effectuer ses choix en toute conscience, bien plus qu’une personne non formée, quel que soit son niveau dans la langue étrangère choisie.
De plus le traducteur professionnel partage une éthique, des valeurs, résumées en partie dans la norme ISO 12616. Cela inclut notamment une lecture attentive, un partage des connaissances, une confidentialité des données et des méthodes de traitement spécifiques.

 

  • Pourquoi est-ce si cher?

La traduction est un métier, et tout métier mérite salaire. Notamment lorsque ce métier exige une formation pointue, de constantes recherches afin de maintenir et d’améliorer son niveau de connaissances. La traduction coûte, en moyenne, une dizaine de centimes par mot, comme on peut le voir dans ces rapports (certes datés) de la Société française des traducteurs. Le prix doit couvrir de nombreux frais et de nombreuses opérations. Lecture, échange éventuel de connaissances avec des experts, traduction, correction, mais aussi prix des logiciels et matériels utilisés pour produire une traduction propre, agréable, tout en garantissant une sécurité maximale des données.

 

  • Quand puis-je espérer avoir mon texte traduit?

On considère en général qu’un traducteur peut traduire environ 300 mots (un peu moins d’une page A4) par heure. Il est possible que le traducteur ait une commande urgente en cours, et qu’il vous demande donc un peu de patience avant de pouvoir vous envoyer le texte traduit. Cependant, nous mettons un point d’honneur à respecter les délais que nous avons établis avec vous lors de la signature du contrat.

 

  • En quoi est-ce mieux que d’utiliser Google Translate/Bing Translator?

Les traducteurs automatiques existent, et ils ont une utilité non négligeable. Ils permettent de traduire un mot seul, hors contexte, en donnant (souvent) plusieurs synonymes. Ils peuvent également permettre à quelqu’un ne parlant absolument pas une langue d’avoir une vague idée de ce dont parle le texte. Cependant, ils souffrent de nombreux défauts. Pour ne citer que les deux principaux, les traducteurs automatiques ne respectent aucune confidentialité (tout texte passant par un traducteur automatique est analysé et enregistré par l’entreprise qui gère le logiciel) et produisent des textes généralement incompréhensibles. Cela est du à de nombreux paramètres, que je développe dans un billet de blog.
Quoi qu’il en soit, la traduction automatique, à l’heure actuelle, n’est qu’un outil qui permet une première approche d’un texte, sans véritablement permettre sa compréhension. Le traducteur humain, lui, vous permettra de comprendre parfaitement le texte, tout en vous assurant une discrétion et une confidentialité maximales.

À titre d’exemple, voici le même texte que précédemment, passé par un traducteur automatique deux fois (FR>EN>FR).
«Traducteurs automatiques existent, et ils ont une utilité significative. Ils sont utilisés pour traduire un seul mot hors contexte, ce qui donne (souvent) plusieurs synonymes. Ils peuvent également permettre à quelqu’un d’absolument parlant une langue ne possède pas une vague idée de ce que le texte est d’environ. Cependant, ils souffrent de nombreux défauts. Pour ne citer que les deux principaux, les traducteurs automatiques ne respectent pas la confidentialité (le texte par un traducteur automatique est analysée et enregistrée par la société qui gère le logiciel) et produire des textes généralement incompréhensibles. Cela est dû à de nombreux paramètres, je développe dans un billet de blog.
Néanmoins, la traduction automatique, à l’heure actuelle, est seulement un outil qui permet une première approche d’un texte, sans vraiment comprendre permettre. Le traducteur humain, il vous permettra de bien comprendre le texte, tout en assurant un maximum de discrétion et de confidentialité.»